jeudi 5 novembre 2009

Quelques nouveautés (ou pas) à la télé US


Je vous sais, chères énaciennes, chers énaciens, friands de séries TV, ces petites douceurs de 21 ou 42 minutes qu'on déguste à toute heure de la journée en VF (c'est mal l'anglais est ton ami, le TOEFL ta survie), en VOST ou en VO. Aussi, j'ai envie de te conter tel un Lucien Bramard ou un Noël Flantier moderne les dernières trouvailles ou les grands classiques qui me sont tombés sous les yeux un soir de déprime stagiesque. Attention spoilers !

Tout d'abord le retour de The Big Bang Theory (TBBT) avec un début de troisième saison très classique qui voit néanmoins poindre un très grand Sheldon Cooper plus geek que jamais. Le principal changement provient du fait que désormais Penny et Leonard sont ensembles et que donc elle doit se coltiner encore plus Holowitz et Raj. Les fanas de jeu de rôles trouveront leur compte dans l'épisode 5, hilarant.

Ensuite deux nouvelles séries qui m'ont fait plus ou moins bonne impression. On commence par le déchet, le rebus, la mouise, bref le spin-off de NCIS soit NCIS Los Angeles. Entre nous, arrêtez d'appeler les séries avec des noms de villes. Navarro : Biarritz ou Julie Lescaut : Bar le Duc ça ne ferait pas très sérieux. NCIS : L.A. nous présente donc une nouvelle équipe chargée de traquer, je cite, "ceux qui mettent la nation américaine en danger". Autant l'équipe du NCIS est équilibrée et les rôles sont forts : le charisme de Leroy Jethro Gibbs et son charme tout en mystère, l'humour de Anthony DiNozzo, la charme WASP de Kate Todd puis plus oriental de Ziva David, le geekisme du bleu et la touche anglaise de Ducky Mallard apportait un souffle à chaque épisode même si l'intrigue était légère. Ici, on a l'impression qu'on s'est fait refiler un vieux scénario de NCIS (et pas les meilleurs) mais que les comédiens étaient en grêve alors on a pris les doublures. Chris O'Donnell (Robin du Batman) et LL Cool J (le Barman du Robin's) respectivement dans le rôle de G. (mais que peut signifier cette lettre alors que dans le pilote de NCIS Saison 6 on l'a vu très lié à Gibbs ?) spécialiste de l'infiltration et de Sam le SEAL "on ne laisse jamais un homme derrière soi" font ce qu'ils peuvent. Ah oui, y'a un nouveau aussi qui finira avec la fille, c'est sûr. Le seul personnage un peu original est le psychologue qui en gros de détecteur de mensonge humain en nous débitant son cours de sciences comportementales de 2ème année. Bref, en stand alone, la série serait très bonne mais elle souffre de la comparaison avec sa grande sœur. Regardez tout de même (ce que je ferais si l'occasion se présente, histoire de voir si ça décolle un peu) mais sachez à quoi vous attendre. Pour ceux qui avaient vu l'épisode d'introduction dans NCIS, n'essayez pas de comprendre quoi que ce soit, les personnages, les lieux, le budget ont été modifiés.

Et on finit avec le buzz du moment que dis-je l'explosion musicale : Glee de Ryan Murphy (Nip/Tuck). Véritable ode à la comédie musicale, ce show voit un professeur d'espagnol pauvre secondé d'une femme enceinte à moitié barjo vouloir monter une chorale (a glee club) dans un lycée moisi. Vous rajoutez le fait que la conseillère d'orientation, est folle amoureuse du professeur et que donc elle ne voit pas le prof de sport bedonnant qui la convoite, une chanteuse de talent qui n'a aucune amie, le quaterback qui veut chanter bien que ses potes soient contre (toute ressemblance avec le personnage principal de High School Musical est fait exprès) et vous obtenez Glee. Dans Glee, il y a de vraies bouts de cheerleader à sauver, une petite amie chaste (piqué sur One Tree Hill ...), un handicapé sympathique et souffre-douleur (comme dans Malcolm), une noire qui a du coffre (style Miss Dominique), une asiatique et un minet. On se croirait dans un casting de "Qui est qui" ! Amours contrariées et intrigues lycéennes sur fond de bluette musicale ou quand "Sauvés par le Gong" et "Beverly Hills" rencontre West Side Story. C'est rythmé, enjoué et le producteur ne manque jamais de tirer sur le manque de moyens attribués au système scolaire américain. On en redemande. Once more with feelings !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire